Monday, July 14, 2008

Avant et après, le jour du iPhone 3G


Après une période de silence de ma part, période où je me suis abstient volontairement de commenter le phénomène iPhone. (Espérons que vous n’avez pas cru tout ce qui s’est dit pendant ce temps) voici maintenant tout ce qui n’a pas été dit sur cet appareil! Cette première partie racontera mon cheminement personnel vers la décision de m’en procurer un, viendront ensuite les comparaisons avec les produits concurrents.


Juillet 2007, c’est lors d’un weekend à New York que j’eus mon premier contact avec la première version du sensationnel téléphone multimédia/multi-usages… n’étant pas un fan invétéré des produits Apple, mes attentes étaient relativement basses, pour moi un iPod n’est rien d’autre qu’un lecteur MP3 glorifié et son interface (« Touch » excepté) me parait être une mauvaise farce de Steve Jobs pour voir jusqu’où il pouvait pousser le manque d’intuitivité et que sa clientèle continue malgré tout d’encenser la facilité d’utilisation de son produit (c’est quoi au juste il faut glisser en rond, cliquer et danser de droite à gauche sur le contrôle pour voir ses pièces de musique?)


Les ordinateurs personnels « Mac » quand à eux sont l’exemple même de matériel vendu à gros prix, ne pouvant exécuter nativement que peu d’applications, donc on finit presque toujours par avoir une ou l’autre version de Windows pour s’en sortir… Bref, autant pour moi rester sur Windows sans s’encombrer d’OS-X (ou devrais-je dire OS-Next) De plus, la fameuse réputation du produit d’être destiné aux artistes tient plus de la légende que des faits, même si ces derniers restent fidèles à la marque. La réalité est que même dans ce domaine, le choix des applications restent limitées et le produit « phare » : Photoshop est maintenant plus puissant sur plateforme Windows et à moindre coût… encore là la clientèle touchée niera à mort, c’est à un dogme que je m’attaque en ce moment. Le Mac, c'est un produit pour les yuppies du Plateau Mont-Royal.


Bref, l’appareil m’a malgré tout impressionné, ses faiblesses les plus connues telles le manque de connectivité 3G n’en faisaient pas un produit sans charmes, en fait l’iPhone était tout ce que l’iPod n’aura jamais su être. Vraiment depuis ce temps ma vision d’Apple est qu’ils sont devenus une compagnie de téléphones cellulaires, leurs autres produits n’arrivant pas à la cheville de ce dernier.


Voilà maintenant que Rogers et Fido amènent son successeur au pays et ce dans la controverse la plus terrible (on verra au jour du lancement que l’infrastructure d’Apple était finalement encore pire que la controverse)


Je suis depuis plus d’un an un heureux utilisateur d’un appareil Windows mobile de marque HTC. Ce dernier est pleinement capable de tenir tête à un Blackberry et d’en rajouter, courriel, pièces attachées messagerie texte, synchronisation avec Outlook ou Exchange, la grosse clase… La navigation Web est par contre pénible mais reste un pas en avant de n’importe quel Blackberry. De plus coté synchronisation et applications, c’est le jour et la nuit comparativement au Blackberry desktop. (Qui est un calvaire à répétition coté support) Malgré ma satisfaction relative, mon appareil commence à vieillir (la durée de la batterie n’est plus ce qu’elle était, surtout avec les casques Bluetooth) et le clavier fixe quoi que rapide pour la composition de messages diminue ma surface d’écran lors de la lecture et n’est pas très convivial pour les caractères accentués, de plus lorsque confronté à un bottin d’entreprise (boite vocale) où on doit utiliser le clavier pour composer des noms de famille d’employés pour accéder à leur poste téléphonique, on est complètement perdus! Finalement même avec une carte microSD la gestion de mémoire est problématique, les deux mémoires (fixe et ajoutée) sont traitées séparément et il faut s’y connaître pour bien utiliser la mémoire ajoutée.


Je vois donc en l’iPhone une opportunité de gagner en efficacité. Le clavier de l’écran tactile disparaît quand on n’en a pas besoin, libérant de l’espace pour la lecture et la navigation et ce même clavier se transforme de QWERTY à un clavier pour composition téléphonique où l’alphabet est distribué sur le cadran digital (0 à 9) comme sur un téléphone classique! La gestion de mémoire est tout ce qu’il y a de plus simple : une seule plage mémoire tout usage et la connectivité 3G jointe à un processeur plus puissant que le HTC rend la navigation Web infiniment plus agréable, les pages se chargent rapidement et le rendu à l’écran ne se fait pas attendre et la batterie offre une plus longue vie que celle des appareils comparables. Le dernier clou du cercueil fut les forfaits avantageux que Rogers a annoncés. (Même avant leur offre de 6Go à 30$) comparativement à mon forfait existant me coutant 120$ par mois avant taxes, frais divers et extras… je pouvais avoir un forfait iPhone équivalent en minutes et en Mo de données pour 65$!!


Maintenant vendu à l’iPhone 3G me restait la partie la plus difficile : l’acquérir. Les stocks limités et l’engouement pour le produit promettait de compliquer l’affaire, surtout que je voulais l’avoir pour le premier weekend : party de famille oblige. Quand t’as pas d’enfants et que t’es célibataire (avis aux intéressées) t’es mieux d’avoir une bébelle à comparer à celles des « mononcles » pour dévier la conversation des histoires de couches et de camps de jours. L’iPhone remplirait magnifiquement ce rôle. Ajoutons à cela que je vis en ville et en appartement, je suis en plus exclus des aventures de rénovation, d’aménagement extérieur et de ramonage… j’avais besoin d’une bébelle, c’était critique.


Mes lecteurs me connaissant, j’ai trop de libre arbitre pour aller faire la file comme un mouton, encore moins pour aller camper sur la rue Ste-Catherine! Je devais donc prévoir un plan B au cas où à mon arrivée à 7h AM la fille d’attente aurait pris des proportions bibliques. J’ai donc vérifié avec quelques boutiques Rogers et je choisis de me rabattre si nécessaire à la boutique de place Ville-Marie… Ouverture à 9h30 probablement pas des centaines d’appareils disponibles mais les résultats sont là : j’étais le premier sur place et mon iPhone en main à 10h AM j’étais définitivement plus rusé que les centaines de geeks qui se sont joint à la file pour l’ouverture de 8h sur Ste-Cath! Laissant entrer les clients au compte-goutte et chaque vente demandant environ 20 minutes j’estime que ceux qui se sont joint à la longue file à 7h AM on du avoir leur appareil vers 13h dans le meilleur des cas! (5 clients à la fois pour 15-20 minutes par client, ca fait de 15 à 20 clients servis à l’heure et à 7h ils étaient plus de 100 à attendre… faites le calcul vous-mêmes!)


C’est là que le véritable désastre commence. Apple, quoi qu’ils aient une connaissance précise du nombre de détaillants et de nombre d’unités disponible en cette journée (pour la quelle ils se préparent depuis des mois) n’avaient pas bien anticipé la charge que l’activation de tous ces téléphones via iTunes imposerait à leurs serveurs, personnellement j’ai réussi à activer le mien vers 17h30… chez Maman après 2h30 d’autoroute. Mais que les amateurs d’efficacités se tiennent bien, d’autres absurdités les attendaient. Apple offre d’ès l’activation du iPhone un essai de 60 jours sur « Mobile Me » leur service de courriel « Push » joint à un espace en ligne pour héberger photos et fichiers divers et aux services de calendrier synchrone et de contactes mis à jour... le tout par la voie des airs grâce au « Nuage » de pluies acides qu’est l’internet. (Tiens? avec le réchauffement de la planète et la crise énergétique on en entend plus parler des pluies acides… où est-ce qu’elles sont passées?)


Un million d’iPhones vendus en moins de 24h, on ne sait combiens d’abonnements (gratuits pour 60 jours) à « Mobile Me » ce service ne fonctionne que de façon très limitées. Au moment où j’écris ces lignes, il m’averti de mes nouveaux messages mais ne vient pas à bout de télécharger leur contenu! L’interface Web fonctionne correctement, heureusement, si on fait exception du drôle de bug du calendrier… Combien de temps cela prendra t’il pour que le service soit fonctionnel? Moins de 60 jours espérons le!


L’iPhone 3G est un appareil fantastique, d’une élégance et d’une ergonomie exemplaire. Après 48h d’utilisation je n’ai toujours rencontré aucun bug relié au système d’exploitation lui-même en fait l’ombre au tableau et elle est majeure c’est le lancement bâclé d’Apple tout ce qui va mal en ce moment est directement imputable à leur infrastructure et à leur mauvaise planification. Si Microsoft ou n’importe quel autre tête d’affiche faisaient une telle gaffe ils seraient aujourd’hui complètement détruits par les médias et on leur aurait attribué les pires qualificatifs, on leur promettrait l’effondrement et la désertion de leur clientèle… avez-vous-même vu un article blâmant Apple pour ses ratées des derniers jours? (j’en ai vu personnellement quelques rares exemples mais ceux cis restaient polis)


Haha Sacré Steve… il nous a encore fait un coup pendable pour voir si on l’aime encore après.

2 comments:

Quartzjean said...

Votre paragraphe suivant me laisse perplexe... ''Le dernier clou du cercueil fut les forfaits avantageux que Rogers a annoncés. (Même avant leur offre de 6Go à 30$) comparativement à mon forfait existant me coutant 120$ par mois avant taxes, frais divers et extras… je pouvais avoir un forfait iPhone équivalent en minutes et en Mo de données pour 65$!!''

Je serais curieux que vous m’expliquiez quel forfait avantageux vous-avez vu? Car, pour le plaisir de la chose, en me guidant sur mes habitudes de consommation de bande passante à la maison, je me suis amusé à voir combien de $$$ il pourrait m'en coûter pour me procurer un tel joujou... (Moi ou un autre)

Les chiffres astronomiques que j’en suis arrivé, à la base sans aucun surplus sont plus que probables et pourrais facilement représenter des paiements d’auto en location parfois, tellement ils sont élévés… voir mon blog pour voir mon calcul… http://quartzjean1.spaces.live.com/blog/

Bien que je ne veuille pas de cellulaire du tout, car par principe, je refuse ''d'encourager'' ces multinationales sans aucun scrupule, jouissant d’un monopole bien confortable (Rogers)et qui sont tellement bien organisée, et de concertation avec la compétition qui est bien synchronisée, trop bien orchestrée, et n’ayant que pour but ultime que de vider les poches de pauvres innocents, qui auront succombé à un coup de cœur, ou de tête, du joujou X, mais qui trop souvent, après coup (ou après coûts pour mieux dire) réaliseront s'être fait avoir de façon magistrale… S’ils n’ont pas trop bien lu, ou compris le fichu contrat de 36 mois qui les lies, et toutes les clauses à l’avantage de ces bandits. Voir intéressante entrevue à Radio-Canada avec les explications de Chantal Gagnon de OPC et de Bruno Guglielminetti http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia%3Dhttp://www.radio-canada.ca/Medianet/2008/CBF/SansDetour200807100906_3.asx

Ne serais-ce que la fausse représentation du fameux ‘’ frais d’accès au réseau’’ qui vous est chargé mensuellement… et qui auparavant, était supposément des frais imposés par le CRTC. Déjà là, nous avons un bel aperçu de voir à qui nous avons à faire affaire. Voir intéressante émission de LA FACTURE en reprise à; http://www.radio-canada.ca/audio-video/pop.shtml#urlMedia%3D/Medianet/2008/CBFT/LaFacture200804151930_2.asx&promo%3DZAPmedia_LaFacture

Personnellement, je trouve dommage que malgré ce savoir, un nombre grandissant de gens continuent d’encourager cette industrie malhonnête qui les organise eux-mêmes. Comme si on aimait ça se faire f… en toute connaissance de cause.

Jean

Peste de Service said...

Je comprend que vous adoptiez une attitude "politique" face à ce genre de phénomène populaire. Mon calcul du forfait "avantageux" est basé sur la réflexion suivante:

À chacuns de décider si le prix est trop élevé pour eux. Dans mon cas utilisant ce type d'appareil par affaires ces nouveaux forfaits sont plus attirants que ceux que j'ai eu par le passé, peu importe les frais ajoutés et les extras que je payais déjà par le passé de toutes facons. L'appareil vise la clientelle d'affaires qui paye déjà de bonnes mensualités pour des plans "data" pour leur Blackberry, pocket PC ou autre smartphone. Une autre clientelle visée est aussi les "gosses de riches" et les Yuppies, je ne crois pas que personne ne pleure les sous dépensés par ces derniers!

Pour ce qui est du contrat de 3 ans, comme bien des gens qui sont attirés par ce type de produit j'ai un cellulaire depuis de nombreuses années et je ne crois pas que la situation ne change d'ici trois ans, pour ce qui est de changer de fournisseur, je suis bien servi par Rogers, j'ai eu un bon service avec Telus par le passé mais je ne me vois pas changer de compagnie prochainement... le cas échéant le contrat est résiliable moyénant un coût que je serai certainement pret à payer si mon désagrément en justifie le prix.

Merci pour votre commentaire cher lecteur.